Entre plâtre et portraits

Alors oui, quoi de neuf depuis le mois dernier où je te racontais mon petit passage à vide et le sursaut créatif que je sentais renaître en moi, pour ma plus grande joie ?

Je suis ravie de t’annoncer que ce regain n’avait rien d’un feu de paille et qu’il semblerait bien que la machine se soit remise en route. Je ne peux t’expliquer à quel point je me sens pleine de gratitude pour ce retour en affaires et j’ai vraiment hâte d’en partager les fruits avec toi ! S’il y a une chose qu’il faut bien comprendre et accepter, c’est que parfois “l’inspiration” peut disparaître et que la créativité est amenée à s’essouffler. Commence alors un gros dilemme, doit-on se forcer en tant que créatif pour se remettre à l’oeuvre ou pouvons-nous nous autoriser à lever le pied, à faire autre chose et, chose effrayante, à attendre que le moteur refonctionne ?

page blanche

Y’a pas de raison, je suis sûre que tu la connais toi aussi, cette sensation vertigineuse devant la page ou toile blanche, à te dire que c’est pourtant pas compliqué, que c’est tout ce que tu sais faire. 
Et pourtant, rien ne sort, à vrai dire, plus rien ne rentre non plus, c’est comme si on passait par une sorte de case formatage, qu’on faisait table rase sur ce qui nous anime et qu’on restait en jachère pour quelques temps.

A vrai dire, la première fois que ça se produit, c’est tout bonnement effrayant, encore plus quand tu sais que “des gens”, une audience, un public attendent que tu sortes quelque chose. Pour une créatrice, c’est compliqué de se dire qu’on va potentiellement décevoir ces personnes qui comptent sur nous alors qu’on se sent investie d’une mission simple : répondre à leurs attentes. Je me rends compte que c’est assez peu sexy de dire ça comme ça mais c’est une vérité. Plutôt que d’être inquiète pour nous, pour notre propre créativité, on s’inquiète pour notre public qui ne recevra peut être plus ce qu’il est venu chercher. On s’oublie complètement dans l’équation, ce qui a pour effet de nous paralyser davantage puisque c’est inévitablement cet instant-là que choisi notre gentil petit cancrelat intérieur pour ramener sa fraise. Et ça donne un truc comme ça :

– Alors, la grande artiste ? On fait moins la fière hein ! T’as voulu jouer et t’as perdu ? Bah, normal, fallait pas rêver pour que ça continue, t’es pas assez bonne pour ça !

C’est pile à ce moment là que j’ai tenté de rebondir en te proposant la série sur l’inspiration. Je me suis dit un truc du genre, “Ok, la muse s’est fait la malle, on va trouver des moyens de s’y reconnecter“. Et j’ai cherché des moyens dont je te parles chaque mois dans Muse, où es-tu ?. Je les ai tous testés, certains ont plus ou moins bien fonctionné mais ils ont le mérite d’avoir gardé en éveil une petite étincelle créative en moi et à tenir un minimum à distance mon critique intérieur. En parallèle, les vidéos d’incitations du lundi m’ont été d’une grande aide aussi parce que filmer ces capsules m’obligeait à rester moi-même créative et à continuer à bidouiller. Tout ça sans me lancer dans de grands projets pour lesquels je n’avais par le jus nécessaire à ce moment là. 
Et pour cela aussi, je me sens reconnaissante, non pas d’avoir tenu bon en te proposant du contenu vaille que vaille mais en pensant à toi grâce à qui je dépassais mon blocage créatif. J’essaie de le dire aussi souvent que possible mais je ressens intimement beaucoup de gratitude à ton égard parce que même si tu n’en a pas conscience, c’est toi qui me fait avancer. Alors merci, pour les petits mots, les retours aux newsletter, les participations aux défis, les partages sur FB et pour tout le reste.

L’idée de cette grande introduction n’était autre que de te dire de tenir bon et de garder confiance. 

Parfois, on peut être à plat, on a le droit aux périodes de formatage, c’est pour mieux rebondir derrière, ne t’inquiète pas. Parfois, on retombe sur nos pieds et on reprends la route là où on l’avait arrêtée; puis parfois, on bifurque et on entame un autre chemin et l’aventure se poursuit autrement. Mais tu sais ce qui est le plus important ? C’est que quoiqu’il arrive, le chemin se poursuit.

Je t’en avais parlé le mois dernier, je m’étais appuyée sur le dernier atelier de Stephanie Lee pour créer à plus grande échelle. Comme toujours, le contenu était top et j’ai pris grand plaisir à suivre son cours. Il m’a follement donné envie de rejouer avec du plâtre et voici deux exemples de ce que j’ai fait ces derniers temps. J’adore utiliser le plâtre pour mouler des végétaux, ajoute à ça des vieux cadres en bois chinés et je suis au paradis. J’ai filmé il y a longtemps un atelier sur ce type de travail, je ne sais pas pourquoi je n’ai jamais pris le temps de le monter mais ce qui est sûr, c’est que je ressens grandement l’envie de le faire en ce moment !

En parlant de chiner, j’ai dégotté ce très vieux livre, absolument magnifique dans une recyclerie. Tu imagines bien que je n’ai pas résisté au plaisir de le ramener à la maison, l’histoire est neuneu mais ce n’est pas ça qui m’intéressait. A l’intérieur, il y a plein de gravures qui soutiennent l’histoire et la tranche des pages est dorée, un vrai bijou.

J’ai décidé d’en faire un livre de portraits. Chaque jour (ou presque, hum …. pas pendant les vacances on va dire …), je crée une poésie aléatoire avec le contenu de chaque page et je peins un portrait sur l’une des double pages. Je ne passe bien entendu pas par dessus les gravures qui feront partie intégrante du projet, ça crée des contrastes intéressants, j’adore ce nouveau travail en cours 💗

Je me suis lancée en parallèle dans une nouvelle marotte à base d’aquarelle et d’impression. Les textures obtenues sont tout simplement folles 😍

Tu en entendras parler assez bientôt puisqu’un nouvel atelier est sur les rails !

Broderie multi technique

Et dans ce nouvel atelier, on va mêler deux choses que j’aime par dessus tout travailler : l’aquarelle et le textile.

Tu vois cette merveille ci-dessus ? Ca fait envie, non ? L’atelier est envahi de tambours, de fils, de toiles diverses et variées, c’est un bonheur sans nom que de ressortir tout ça et de jouer librement ! J’ai très très hâte de t’en dire plus, mais pour le moment, un peu de patience 🤫

Oups si, je vais en dire un peu plus quand même ! Je le filme en anglais ! Mais rassure-toi, il sortira aussi en français. Cela fait longtemps que je me tâte à oser penser à un atelier en anglais et une raclette un peu arrosée entre amis (coucou Pierre et Nolwenn 🙋‍♀️)a fini par me décider.

hey you

Et toi ?

Raconte-moi ! Il s’est passé quoi dans ton mois ? Qu’est-ce que tu as fait qui t’a animé ? De quoi tu es fière ? Qu’est-ce que tu as envie de partager ?

Une fois de plus, je te renouvelles ma gratitude et ma reconnaissance pour ta présence, l’aventure serait tellement moins belle sans toi !

separateur

Tu trouves cet article intéressant ? 
Partage-le sur pinterest !

Entre plâtre et portraits

About the author: sabyne

Leave a Reply

Your email address will not be published.