Muse, où es-tu ? (Episode 5) – En pleine Nature

Ancrée dans ma Nature

Le cinquième volet de cette série en quête d’inspiration.  
En juin, je te parlais des bienfaits de la curiosité, j’espère que tu n’as pas boudé ton plaisir et que tu t’es plongée dans ce joli défaut (quand il est bien utilisé bien entendu 😉). 
En parallèle de cette “bonne curiosité”, je placerais la conscience éveillée de ton environnement. Alors, oui, ça sonne comme un truc un peu new age dit comme ça, mais tu vas voir, c’est une petite pratique tout à fait simple et revigorante à mettre en place.

Il arrive qu’on n’échappe pas à des “coups de mou”, des moments où on se sent détachée de notre environnement, plus vraiment en phase avec ce qui nous entoure, bref, en quelque sorte déconnectée de notre base. Mon formateur de BP aurait dit qu’on est alors en “hors sol” : absolument pas en adéquation avec ce qui se passe autour.

C’est assez courant et peu affolant à vrai dire mais le problème c’est que ça nous coupe aussi l’herbe créative sous les pieds, il est alors grand temps de convier la Muse !

muses, inspiration, artiste

Comme d’hab, je ne te promets pas le concert de lyres et de trompettes, ni même le bout d’une toge romaine ou grecque qui flotterait au vent pour t’apporter une solution toute faite sur un plateau d’airain … On est bien consciente que tout cela ne fonctionne plus depuis l’Antiquité. On sait bien qu’il va falloir aller fabriquer cette solution-là avec ce qu’on a au fond de nous 🛠️

Et ça tombe bien, cette série de newsletter se propose de te montrer des outils pratiques pour construire tout ça 

Cette semaine, j’ai envie de te parler de la Nature

Avec une majuscule aussi, parce que pour moi, la Nature est une entité vivante, un être à part entière – oups, on continue sur la vague new age 🤔

Se gorger de Nature ?

Les choses sont assez bien faites à vrai dire. En début d’année, j’avais planifié mes newsletters et leurs thèmes associés. Pour cette NL de rentrée, j’avais donc décidé de parler de Nature et par un hasard du calendrier, il se trouve que je reviens de deux jours d’immersion en Brocéliande. Ca tombe drôlement bien, non ? Après ce week end, je suis on ne peut plus persuadée des bienfaits voire même de la nécessité d’avoir une “conscience éveillée de mon environnement” et je suis ravie de partager tout ça avec toi. 

Mais pour commencer, la Nature, c’est quoi ?

Qu’on soient sûres de parler de la même chose toutes les deux. Pour moi, la Nature, c’est un lieu où ce qui a été fabriqué de la main de l’Homme est minoritaire par rapport à ce qui se développe seul. C’est un lieu où je peux m’immerger dans mon environnement, où je peux sentir sa présence et oublier l’empreinte humaine. Un ou deux exemples ?

  • Une rue en ville plantée d’arbre, n’est, à mon sens, pas la Nature. Je ne peux pas m’immerger dans un tel lieu, tout ou presque me rappelle l’activité humaine, je ne pourrais personnellement pas me connecter à cette Nature, trop domestiquée à mon goût.
  • Un jardin bien verdoyant en pleine ville peut être très Nature si les bruits ambiants ne sont pas ceux de la ville,
  • Une pièce qui fait la part belle à la lumière et aux plantes peut être un bout de Nature.
  • Le summum restant le lieu de pleine Nature, un bord de mer non construit, la montagne vierge ou presque, la forêt, une campagne très rurale.
Sentier 5
separateur

Bien entendu, cette définition est très personnelle, l’important est de “sentir” de quoi on a besoin pour se ressourcer en Nature. Moi, j’ai besoin du calme, du vert, du bruit du vent dans les branches, de l’odeur des sous bois, de la sensation un peu molle d’un sol de forêt, frais et souple sous mes pas. Là, je peux respirer à plein poumons et sentir le rechargement en énergie, c’est une réelle sensation physique. 
J’habite en Finistère, au bord de mer, je suis entourée toute l’année par la Nature maritime d’ici mais, même si c’est une Nature inspirante, elle ne m’est pas ressourçante. Ce qui me regonfle moi, ce sont les arbres !

L’importance de différencier la nature ressourçante de la nature inspirante.

Je sais que cette série de newsletter est sensée parler d’inspiration mais il me semble quand même important de rappeler qu’avant de créer, il faut être rechargée. On a beau être très inspirée, si on est à plat, on aura du mal à traduire toute cette belle inspiration en travaux concrets. Je t’invite vraiment à te poser quelques instants et à réfléchir à ce qui toi te recharges le mieux. Quand tu penses à un endroit ressourçant, quel est-il ? Si tu fermes les yeux et que tu te transportes dans ce lieu régénérant, quels sont les sons que tu entends ? Qu’est-ce qui te nourris en profondeur ?  
A écrire ces mots, je me dis que c’est évident et essentiel mais est-ce qu’on prend vraiment le temps de se poser ces questions ? Pour ma part, j’ai toujours eu l’intuition que les lieux boisés me convenaient mieux que le bord de mer par exemple mais c’est véritablement ce week end que j’ai mis le doigt sur cette vérité : la forêt, c’est LE lieu qui me remplis. Pourquoi je n’en ai pas pris conscience avant ? Peut-être parce que avant le Covid, on ne ratait pas une année à Brocéliande, qu’on allait plus facilement se promener plus loin que notre bord de mer. Sans doute aussi parce que cette année a été riche en fatigue, en luttes, en douleurs et qu’un authentique tsunami émotionnel a balayé ce qu’il me restait de forces le mois dernier. Autant d’évènements qui m’ont permis de comprendre ce simple état de fait : si je veux être rechargée, je dois faire ma cure d’arbres. Et je suis hyper heureuse d’avoir appris ça sur moi ! Maintenant, ce n’est plus une simple supposition, c’est grâce à une meilleure connaissance de moi-même que je sais où aller pour regagner en énergie ☀️ Et je t’invite vraiment à déterminer toi aussi où se trouve le meilleur point de rechargement pour toi.

Et la Nature inspirante dans tout ça ?

On y arrive enfin à cette Nature-Muse !

Le premier pas, tu l’auras compris, c’est de te recharger en Nature. Une fois que tu sauras quel type de lieu te ressource le mieux, je t’invite à y passer quelques dizaines de minutes par semaine.

Tu vas me dire que je suis bien gentille mais admettons que ton endroit-ressource, c’est le bord de mer et que tu habites dans le Vercors, c’est bien difficile de mettre en pratique ce conseil ! C’est vrai mais des recherches ont montré que le simple fait d’écouter des bruits naturels peut apporter des bénéfices semblables à l’immersion dans le milieu. C’est peut être le bon prétexte pour inviter une petite pause méditative hebdomadaire dans ton emploi du temps ? Par exemple, tu peux décider de prendre un bon bain le week end en diffusant un enregistrement de bruits de vagues ? Et au lieu d’attraper ton téléphone, tu fermes les yeux et tu te laisses flotter dans ton bain environnée par ces sons réconfortants. Il y a fort à parier que cette petite immersion sera bénéfique.

Tu n’as pas de baignoire? Un bain de pieds bien chaud sera sans aucun doute très apprécié également. Et si tu rajoutes un peu de lait et de bicarbonate de sodium à l’eau, tu auras des pieds hyper doux en prime !

Nuages Val Sans Retour

Où chercher cette inspiration dans la Nature ?

  • Observe 👁️‍🗨️
    Les formes, les couleurs, les contrastes. La Nature ne se refuse rien ! Elle nous montre bien souvent qu’on peut faire cohabiter n’importe quelle texture ou nuance sans vraiment se soucier de la cohérence. Elle ne se refuse rien et nous invite à suivre notre intuition plutôt que les règles du “bien faire “en matière d’art et de composition. Honnêtement, jette un oeil à la photo ci-dessus. Ce contraste entre le linéaire, les arbres découpés, les nuages duveteux, est-ce vraiment académique ? Et ces chocs entre la terre rouge, tous ces verts et ce bleu éclatant ? A quoi ça rime ? La Nature nous montre le chemin vers la liberté qu’on devrait toutes s’autoriser quand on crée.
  • Ecoute 🦻
    Hé oui ! La Nature, c’est une expérience multi sensorielle. Au paysage s’ajoute le son. Un son, ça te donne un rythme, ça te renseigne sur l’action de la Nature, est-elle calme ou fougueuse ? Est-elle sereine ou au contraire emportée ? As-tu déjà tenté de créer en fermant les yeux et en te laissant guider par les sons, par la modulation de la cadence ? Essaie !
  • Sens – Goûte (uniquement si tu es sûre que c’est comestible !) 👄
    L’odorat et le goût sont de puissants inspirateurs eux aussi. Pourrais-tu retranscrire en ta création la saveur sucrée d’une fraise ou l’âpreté d’une noix trop jeune ? Une baie de cassis peut elle devenir un triangle sur ton travail tandis que la noisette serait une simple ligne légèrement modulée ?
  • Ressens ❤️
    Selon le moment de la journée, l’ambiance sera différente et influencera ton humeur créative. Est-ce le petit matin d’automne sur la lande ? La brume s’effiloche paresseusement autour des buissons dans une atmosphère mystérieuse, l’ambiance idéale pour travailler la transparence.
  • Ouvre ta conscience 🧘  
    Prend simplement le temps d’être et savoure cet instant. On apprend plus sur nous-même et nos ressources créatives en faisant le vide dans notre tête dix minutes plutôt qu’en peinant 2 heures devant notre toile. On n’est pas obligées d’appeler ça de la méditation ou de la pleine conscience ou que sais-je d’autre. On n’a pas non plus besoin de mode d’emploi pour ça. Il suffit juste de trouver l’endroit adéquat, de s’asseoir confortablement, de poser notre téléphone au loin et de respirer calmement en laissant la Nature nous remplir. On échange alors avec elle, elle nous apporte sa sagesse et nous lui laissons nos soucis. Après ce temps de partage, pourquoi ne pas remercier avec une petite composition de land art, un peu comme une offrande, comme une marque de notre gratitude ? Ramasse quelques cailloux, végétaux, branchettes à portée de tes mains (ne te déplace pas pour ça, reste là où tu as “communié” avec la Nature) et agence-les en une composition qui te plait. Pense à remercier intérieurement, la gratitude est aussi une grande et belle source d’inspiration.
  • Collecte 🤏 
    La Nature nous offre de multiples outils à rallier à notre cause créative. Les baies peuvent devenir des encres; les feuilles, les fleurs, certaines terres peuvent devenir des pigments; les branchages sont toujours intéressants à rajouter dans certaines compositions, ils peuvent servir d’outils pour peindre aussi. 
    Il y a toutefois une règle capitale à garder à l’esprit quand tu collectes : en ce qui concerne les végétaux (excepté les fruits), on ne ramasse que ce qui est tombé au sol. Casser une branche, arracher des feuilles ne correspond pas au respect que nous devons à la nature. Elle nous offre déjà tant, inutile de lui en demander plus que ce qu’elle peut fournir. Dans le même esprit, on ne ramasse jamais un joli galet en bord de mer, c’est frustrant mais c’est une règle importante à respecter (les galets luttent contre l’érosion, ils sont aussi l’habitat d’une faune multiple et parfois fragile). On peut toujours les photographier pour les inclure dans un travail futur ou pour les reproduire.
Land art

Prête à prendre un bain de Nature ?

Je pense qu’il ne reste plus qu’à mettre en pratique toutes ces réflexions, non ? En tout cas, j’espère t’avoir donné envie d’en tester quelques unes !

D’un point de vue plus terre à terre, il est scientifiquement prouvé que le contact avec la Nature joue un rôle important dans notre capacité à imaginer et à trouver l’inspiration, cette connexion reste un besoin vital pour les être surconnectés que nous sommes devenus. Il semblerait que passer 20 minutes quotidiennes en Nature nous assure déjà de ses bienfaits : humeur améliorée, concentration accrue, niveaux d’énergie et de positivité augmentés, … Les chercheurs ont aussi constaté que pour ceux qui sont éloignés de la Nature, regarder des vidéos et écouter des sons naturels augmente le sentiment de bien être. Une immersion grâce à un casque virtuel peut permettre de se sentir connecté à la nature et donc d’en ressentir ses bienfaits. 

Personnellement, ma capacité d’émerveillement est sans cesse renouvellée face à la Nature. Je m’y sens souvent toute petite et en même temps en parfaite sécurité et c’est une sensation particulièrement confortable et réconfortante. On parle souvent de “Mère nature” mais c’est absolument ce que je ressens à son contact : sa formidable capacité à donner sans compter qui fait naître en moi une vague de gratitude infinie. Et c’est un cercle vertueux, je reçois donc je donne et alors je reçois à nouveau. 

Sur le chemin 4
separateur

Tu as aimé ce contenu ?  
Alors, n’hésite pas à le partager sur Pinterest, il sera sans doute utile à d’autres également ✨

Inspi - ancrée dans ma nature
separateur

Pour continuer à entretenir ta curiosité, je te propose la vidéo d’inspiration du lundi !

About the author: sabyne

Leave a Reply

Your email address will not be published.