Simplification et minimalisme

Ou comment on évolue dans le temps ...

Minimalist Botanical 1

Je pense que ce besoin de minimalisme est arrivé avec les Teabascapes. Toujours est-il que plus le temps passe et plus je cherche à simplifier les formes, mieux j’aime faire le moins possible.

Ici par exemple, le contraste des textures entre la bande plâtrée, le plâtre et l’encaustique me semblent se suffire à eux-même, il n’y a avait besoin que de quelques traits gravés comblés au bâton d’huile pour révéler la beauté de toutes les imperfections présentes naturellement dans le travail. Le truc est vraiment là, les irrégularités, les petits accidents de réalisation parlent tellement à mon coeur et à mon oeil que je n’ai envie de révéler qu’eux. Le reste me semble à la limite du superflu et doit être le plus limité possible pour ne pas brouiller la douce perfection du hasard.

Minimalist Botanical 2

Il y a aussi sans aucun doute le fait qu’avec le temps et la pratique, j’abandonne de plus en plus le besoin de “prouver” quelque chose. Prouver quoi ? Que je suis capable de remplir une toile ou un espace à créer, que je sais comment étaler la peinture ou utiliser mes outils, que je suis apte à réfléchir une composition ou une mise en couleur … Bref, que je suis “vraiment” une artiste.

Parce que oui, on en est toujours là, l’éternelle légitimité qu’on ne s’accorde que trop difficilement.

Et pourtant … Je la sens là, elle est de plus en plus proche, je sens que petit à petit, les digues rompent, que je m’autorise à suivre mon chemin, à écouter plus librement mon intuition, à me faire confiance… C’est un travail de longue haleine, je me suis même fait tatouer en morse ce mantra “I am enough” sur le bras pour ne pas oublier que oui, je suis une artiste et qu’aucun critique intérieur au monde ne pourra me l’enlever !

I am enough

Je dois dire que tout ceci me rend plus sereine, je sais maintenant que les périodes de creux ne veulent pas dire que “tout est fini”, c’est simplement une période de jachère, il me faut la respecter. Tout comme je dois accueillir les moments où ça part dans tous les sens parce que c’est là que je peux sortir de ma zone de confort et oser me lancer dans un abstrait par exemple.

En toute occasion, il est vraiment primordial de prêter attention à son guide intérieur, aux sensations qu’on ressent et interroger l’énergie qui nous habite pour savoir à quoi elle est destinée là, maintenant !

Partagez !
 

1
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Magaly
Invité
Magaly

merci pour cet article un message qui tombe à pic pour moi ! merci du fond du coeur