Vernissage à l’ArTpenteur

Vernissage à l’ArTpenteur

Vendredi dernier a eu lieu le vernissage de notre exposition commune, à Nadine Kerebel et moi à l'ArTpenteur de Saint Renan.

Ce fut un moment de grande intensité pour moi, une première "vraie" exposition en galerie et non en collectif ou en salon, ça remue son artiste, vous pouvez me croire.

Au menu, il y a eu de très belles rencontres et des visiteurs qui ressentaient ce que j'avais voulu exprimer sur la toile, même si ces sensations ne sont pas traduites visuellement, il semble qu'elles passent bel et bien ... C'est là qu'on est forcé d'accepter que l'art, c'est un peu de la magie.

Je pense particulièrement à deux personnes avec qui j'ai discuté et qui étaient un peu frustrées de ne pas pouvoir déchiffrer tout ce qui est écrit sur cette toile :

Je les ai questionné sur ce qu'ils éprouvaient face à la toile et leur réponse m'a permis de les rassurer. Aucun problème, le message, qu'il soit écrit ou infusé dans cette toile était bel et bien passé...

Comment ça "un discours" ?

En bonne artiste débutante dans les mondanités, je n'avais absolument pas imaginé une seconde que j'allais avoir  à me plier à la discipline du discours, ça a été une autre surprise de la soirée.

Au final, mon petit mot n'était peut être pas très construit mais il a le mérite d'avoir été sincère ... Je pense même m'en être tirée pas trop mal, avec une petite explication de la découverte que représente chaque nouvelle toile pour moi. Ça a rendu les gens encore plus curieux, souvent, on pense que l'artiste a un plan en amont de débuter son travail, pour moi, il n'en est rien, l'ensemble se dévoile en cours d'élaboration.

Les journalistes étaient présents pour en savoir plus sur nos travaux et faire quelques photos pour les articles à venir.

Au final, ce fut une vraiment belle soirée, une de celles qui vous font penser que vous avez le droit de vous sentir à votre place dans votre peau d'artiste.

Cela reste assez compliqué pour moi d'admettre une certaine légitimité dans ce rôle, je traîne comme une vieille culpabilité de ne pas avoir fait d'école pour avoir droit à l'étiquette ...

Et en même temps, est-ce que l'étiquette fait l'habit ? Je n'en suis pas sûre, encore moins depuis que je montre mon travail et que je reçois le retour des gens. Il me faut reconnaître mes toiles font du bien à certaines personnes, qu'elles leur parle et leur raconte des choses sur elles, qu'elles pansent parfois certaines blessures et redonnent de l'envie ou de l'espoir pour la suite. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *